Sélectionner une page
A man stands beside and looks up at a gigantic old growth tree on the coast of BC

 

Déclaration relative à la coupe de bois dans la forêt ancienne en Colombie-Britannique

 

 

Le contexte

  • La coupe de bois dans la forêt ancienne sur la côte de la Colombie-Britannique est une pratique courante qui contribue à la mortalité de nombreuses espèces sauvages. Parmi celles-ci, on compte des espèces d’oiseaux classées en péril aux paliers mondial, national et provincial, comme le Guillemot marbré (Brachyramphus marmoratus), le Petit-duc des montagnes (Megascops kennicottii), l’Autour des palombes (Accipiter gentilis) et d’autres oiseaux, tant résidents que migrateurs, qui se reproduisent dans la région.
  • En réaction à la coupe de bois dans la forêt ancienne des bassins versants de la rivière Caycuse et du ruisseau Fairy en mai 2021, des manifestants ont érigé un campement dans ce dernier bassin versant. Ils ont été arrêtés et l’affaire a attiré l’attention des médias sur les conséquences environnementales liées à l’exploitation de la forêt ancienne.

 

Ce que nous constatons

  • Selon les estimations, il ne reste en Colombie-Britannique que 3% de forêt côtière ancienne composée de grands arbres.
  • La forêt ancienne est exceptionnellement riche en biodiversité et, en raison de la taille des arbres, elle peut offrir des possibilités d’exploitation forestière très lucratives.
  • Le gouvernement de la Colombie-Britannique s’est engagé à mettre en oeuvre les recommandations résultant de l’examen provincial de l’aménagement de la forêt ancienne mené en 2020, notamment à prendre des mesures pour prévenir la perte irréversible de biodiversité.
  • Au moins sept espèces d’oiseaux forestiers présentes en Colombie-Britannique sont inscrites en annexe à la Loi sur les espèces en péril du Canada. La coupe de bois dans la forêt ancienne menace le Guillemot marbré, le Petit-duc des montagnes et d’autres espèces. Les effectifs de la sous-espèce côtière du Petit-duc des montagnes (Megascops kennicottii œuvre), qu’on trouve sur l’ensemble de la côte dans la province, y compris dans l’île de Vancouver, ont fortement décliné, et cette sous-espèce a disparu dans les zones urbanisées, telles la vallée du bas Fraser et la région de Victoria.

 

Ce que nous croyons

  • Il est essentiel de préserver les oiseaux et la biodiversité pour assurer le bien-être de nos communautés.
  • Comme de nombreux oiseaux sont migrateurs, la protection de leur habitat est une responsabilité partagée, quel que soit l’endroit où ils se trouvent.
  • Les populations de nombreux groupes d’oiseaux diminuent sur tout le continent, entre autres des espèces qui dépendent des écosystèmes de forêts anciennes.
  • Il est capital de stopper la perte d’habitat si l’on veut maintenir les espèces d’oiseaux forestiers. Nous devons nous efforcer de répondre aux besoins sociaux et économiques des êtres humains ainsi qu’aux besoins de la biodiversité.

 

Ce que nous recommandons

  • Que le gouvernement provincial suspende l’exploitation de la forêt ancienne jusqu’à ce que des stratégies fondées scientifiquement soient mises en place pour le rétablissement des espèces inscrites en annexe à la Loi sur les espèces en péril qui dépendent de ces forêts.
  • Que les autorités provinciales et le gouvernement du Canada conviennent d’un processus par lequel toutes les espèces inscrites en annexe à la Loi sur les espèces en péril présentes en Colombie-Britannique soient protégées sur les terres non fédérales. L’entente devrait permettre d’assurer le renforcement:
    • de l’application des interdictions de destruction des nids et des oeufs dans le secteur faisant l’objet d’une exploitation forestière;
    • de la protection de l’habitat des oiseaux, au-delà des pauses saisonnières, en vue de prévenir le déclin à long terme de l’habitat de nidification disponible.
  • Que la gestion de la forêt passe d’une approche axée sur la production de bois à une approche où le maintien de l’intégrité écologique est la priorité absolue.
  • Que les gouvernements provincial et fédéral travaillent avec les communautés des Premières Nations pour inclure les forêts anciennes dans les aires terrestres protégées dans le cadre de l’initiative En route vers l’objectif 1 dans le but de protéger 25% des terres du Canada d’ici 2025. L’augmentation de la superficie de cet important habitat bénéficiant d’une protection juridique aiderait les gouvernements à atteindre leurs objectifs, tout en préservant un élément naturel emblématique de la Colombie-Britannique.

 

Ce que nous ferons

  • Sensibiliser nos sympathisants et les décideurs à l’importance des forêts anciennes pour les oiseaux.
  • Plaider la cause des oiseaux auprès des médias, des gouvernements et des autres intervenants.
  • Promouvoir la protection de la forêt ancienne en Colombie-Britannique.
  • Offrir des conseils et une expertise sur la surveillance des populations et des habitats aux groupes qui travaillent au rétablissement d’espèces.

Sur demande, fournir à d’autres entités des conseils, un soutien et des données collectées dans le cadre de programmes de science participative.

Petit-duc des montagnes Photo : Jeremiah Kennedy
Guillemot marbré Photo : Yousif Attia
A man stands beside and looks up at a gigantic old growth tree on the coast of BC
Share via
Copy link
Powered by Social Snap