Sélectionner une page

Pour beaucoup d’amateurs d’oiseaux au Canada, la première observation d’un Harfang des neiges ou d’une Petite Nyctale est un précieux impérissable. Ces rencontres fortuites marquantes peuvent même susciter un intérêt pour les oiseaux et la nature qui durera toute une vie! Nous bénéficions de ces observations, mais si nous ne faisons pas attention, nos gestes pourraient avoir un effet négatif sur ces oiseaux.

Au Canada, la fin de l’automne et l’hiver sont des moments privilégiés pour observer de nombreuses espèces de chouettes et de hiboux qui se déplacent vers le sud à partir des forêts nordiques et de l’Arctique au cours de leur migration annuelle ou en raison d’un manque de nourriture dans leur aire d’estivage traditionnelle. Des endroits tels que les espaces verts côtiers dans des villes comme Vancouver ou les zones forestières sur les bords des Grands Lacs peuvent attirer des congrégations de plusieurs espèces en fonction de la disponibilité de la nourriture et d’autres facteurs.

A snowy owl on a post.
  • Save
Harfang des neiges Photo : Ted Gough

C’est à ces occasions que plusieurs espèces de chouettes et de hiboux sont parfois victimes de perturbations néfastes, voire mortelles, causées par des personnes qui viennent ajouter une coche à leur liste d’espèces, prendre des photos ou simplement jeter un coup d’oeil. Les perturbations constantes imposent aux oiseaux une dépense de précieuse énergie pendant les mois d’hiver et peuvent les empêcher de chasser comme ils le devraient, deux répercussions qui peuvent se révéler fatales. Et les membres de certaines espèces qui passent les nuits groupés, comme les Hiboux moyens-ducs, sont très sensibles au moindre dérangement pendant la saison froide. Lorsque la présence d’êtres humains les chasse de leurs dortoirs, ces oiseaux étonnamment délicats sont rendus plus vulnérables aux prédateurs qu’ils ne le seraient autrement, et ils en subissent les conséquences funestes.

  • Save
Petite Nyctale Photo : Judith Blakeley

Alors, comment pouvons-nous encore apprécier ces animaux remarquables sans leur nuire? Voici quelques conseils à suivre pour observer et photographier les chouettes et les hiboux sans leur faire de tort.

  • Regardez ou photographiez-les tranquillement et à distance.
  • Évitez de déranger les oiseaux au repos.
  • Après quelques minutes d’immobilité, déplacez-vous. Si l’oiseau regarde dans votre direction ou si son comportement semble changer en réaction à votre présence, vous devriez vous éloigner.
  • Évitez aussi d’appâter les oiseaux. Les chouettes et les hiboux peuvent s’habituer à être nourris par les humains. Cela perturbe leur comportement naturel de chasse, les attire sur le bord des routes et les expose à des collisions avec des véhicules.
  • Il vaut mieux ne pas utiliser d’enregistrements de cris pour attirer ces oiseaux.
  • Évitez d’utiliser des projecteurs ou de photographier avec un flash et de couper du feuillage ou des branches d’arbres pour mieux voir l’oiseau.
  • Si l’oiseau s’envole, ne le suivez pas et ne sortez pas du sentier pour le poursuivre.
  • Pour éviter d’attirer des foules, faites preuve de discrétion si vous comptez diffuser de l’information sur votre observation. Si vous envoyez vos données à eBird, lisez les directives concernant les espèces sensibles. Nous vous recommandons de ne pas indiquer d’endroit précis quand vous communiquer votre observation.

 

Nous vous remercions de montrer votre appréciation envers ces beaux et sensibles oiseaux en respectant leur domaine vital quand vous les rencontrez. Éviter de perturber les chouettes et les hiboux est un très bon moyen d’aider leurs populations à survivre et à prospérer dans la nature.

 

Cet article a été rédigé par des membres de l’équipe d’Oiseaux Canada: Ellen Jakubowski, Jody Allair, Kathy Jones, Ruth Friendship-Keller et Yousif Attia.

A snowy owl on a post.
  • Save
Share via
Copy link
Powered by Social Snap