Sélectionner une page

C’est à l’aube et au crépuscule que l’Engoulevent d’Amérique est le plus actif; en ces temps de la journée, on observe souvent des groupes d’engoulevents qui chassent des nuées d’insectes attirés par des lumières artificielles. Les chauves-souris et les engoulevents recherchent les mêmes proies et il arrive parfois qu’ils les chassent ensemble. Toutefois, il semble qu’ils se divisent l’espace aérien, les derniers volant plus haut que les premières.

L’Engoulevent d’Amérique possède ce qu’on appelle un tapetum lucidum (expression latine signifiant « couche brillante » ou « tapis brillant » ). Il s’agit d’une couche spéciale de cellules située derrière ou dans la rétine qui amplifie et améliore la lumière ambiante, permettant à l’oiseau de mieux repérer les insectes dans des conditions de faible éclairage.

Les données du Relevé des oiseaux nicheurs (BBS) semblent indiquer que la population de l’espèce au Canada s’est considérablement réduite au cours des dernières décennies. Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada a classé celle-ci espèce préoccupante à l’échelle nationale. Les causes du déclin ne sont pas bien connues, mais elles pourraient comprendre la perte d’habitat et la baisse des populations d’insectes.

Pour en savoir plus sur cet oiseau, entre autres à propos du pînt nasillard qu’il émet et du vrombissement produit par le vent dans ses ailes lors des piqués qu’il exécute pendant la période de reproduction, lisez l’article sur le Relevé canadien des engoulevents dans le numéro du printemps 2020 du magazine BirdWatch Canada.

Illustration : Jenny Bien-Aimé

 

Share via
Copy link
Powered by Social Snap