Sélectionner une page

Par Rémi Torrenta

En Colombie-Britannique, quatre remarquables espèces d’oiseaux en péril ont tenu notre équipe bien occupée ce printemps et cet été : le Petit-duc des montagnes, le Courlis à long bec, le Guillemot marbré et le Martinet sombre. Chaque espèce requiert l’emploi d’une méthode de relevé distincte, mais l’objectif global est le même : essayer de mieux comprendre le déclin des populations afin d’orienter les mesures de conservation dans la province.

Le Petit-duc des montagnes

La première espèce qui retient notre attention est le Petit-duc des montagnes, un discret petit oiseau – à peine plus grand qu’une paire de jumelles standard – qui habite les forêts de la côte ouest. On peut l’identifier le plus facilement en entendant la suite de courts sifflements aigus qu’il émet. La sous-espèce côtière (kennicottii) est particulièrement menacée par la perte d’habitat et la prédation exercée par la Chouette rayée, qui est envahissante par endroits. Dans l’île de Vancouver, nous avons étudié les associations espèce-habitat par deux méthodes, soit des relevés par diffusion d’enregistrements de la voix et la surveillance à l’aide d’enregistreurs sonores autonomes pendant la saison de nidification (de février à avril). L’analyse des données acoustiques est prometteuse; elle nous permettra d’enrichir les connaissances sur l’utilisation des forêts anciennes par l’espèce dans l’île. Nous sommes fiers de nous associer à la Pacific Megascops Research Alliance pour cette recherche essentielle. Pour en savoir davantage sur ce projet, visitez leur site Web.

Récupération d’enregistreurs sonores autonomes dans une forêt ancienne (île de Vancouver). Photo : Rémi Torrenta

Le Courlis à long bec

La deuxième espèce en péril qui suscite notre intérêt est le Courlis à long bec, un gros oiseau de rivage qui niche dans nos prairies, où sa présence est trahie par ses vocalises nuptiales! La perte de prairies naturelles est la principale cause du déclin actuel des effectifs de l’espèce au Canada. Pour réévaluer la situation de cet oiseau désigné espèce préoccupante, nous devons estimer la taille de sa population, notamment en Colombie-Britannique. C’est ainsi qu’en 2022, nous avons instauré un programme de relevés bénévoles de l’espèce dans toute la province, lesquels consistent en des points d’écoute (dénombrements ponctuels) réalisés en bordure de route le long de parcours d’une trentaine de kilomètres de long, de la fin d’avril au début de mai. En gros, à l’emplacement de chaque point d’écoute, un observateur bénévole compte le nombre de courlis qu’il voit ou entend et surveille les déplacements des individus pendant cinq minutes. Au total, plus de 150 bénévoles ont effectué 1600 points d’écoute et détecté la présence de 268 courlis, ce qui représente une densité de population moyenne de 0,34 individu/km2 à l’échelle de la province! Pour obtenir de plus amples renseignements sur le programme de relevés et le rapport de 2022, rendez-vous à cette page.

Un Courlis au long bec marqué détecté pendant les relevés de 2022 dans la région de Prince George. Photo : Anne Spiers.

Le Guillemot marbré

Notre troisième espèce vedette est l’emblématique Guillemot marbré, un oiseau de mer qui vit toute l’année sur l’eau, mais qui niche au sommet de grands arbres anciens, où il pond un œuf sur un gros coussin de mousse. Ainsi, la principale menace à laquelle celui-ci est confronté serait l’exploitation de forêts anciennes dans l’ensemble de son aire de nidification. Pour assurer le suivi des effectifs en Colombie-Britannique, nous travaillons en étroite collaboration avec des Premières Nations en vue de déterminer les tendances populationnelles à long terme et de trouver les sites de nidification afin de mieux protéger l’habitat. Étant donné qu’il est difficile d’assurer un suivi sur terre, nous effectuons des relevés le long de transects en mer; il s’agit de suivre systématiquement la côte à partir d’un bateau et de compter les individus observés. Les relevés par radar constituent également une méthode principale employée dans la province. Un fait marquant de nos récents dénombrements effectués au début de juin dans la baie Desolation, dans le territoire traditionnel de la Nation des Tla’amins : nous avons détecté 68 guillemots en une seule matinée, et beaucoup d’autres fréquentent les eaux tranquilles des fjords! Pour en savoir davantage sur ce guillemot classé espèce menacée, vous pouvez écouter l’entrevue de David Bradley, Ph. D., qui sera présentée dans le balado The Warblers (en anglais).

Un Guillemot marbré en plumage nuptial. Photo : Tom Middleton.

Le Martinet sombre

En dernier lieu, mais tout aussi importante, est la situation de l’oiseau le plus mystérieux de notre pays, le Martinet sombre, espèce désignée en voie de disparition. Cet oiseau fait partie du groupe des insectivores aériens, qui sont particulièrement sensibles à la chute des populations d’insectes à l’échelle mondiale et, dans le cas de ce martinet, aux changements climatiques. On connaît très peu de choses sur cet oiseau, qui niche dans des canyons inaccessibles, la plupart du temps près de chutes d’eau, où il érige un nid bien camouflé sur la paroi d’une falaise. Sans compter qu’il est peu présent au nid, ce qui le rend très difficile à détecter! Nous avons lancé un projet pilote en 2022 afin de trouver de nouveaux sites de nidification dans la province et de surveiller l’activité de reproduction à certains sites. Des techniciens formés ou des ornithologues amateurs expérimentés effectuent des relevés d’occupation de sites à l’emplacement de chutes appropriées pendant l’été (de la mi-juin au début de septembre); de plus, ils s’emploient à détecter la présence de l’espèce en cherchant des nids. Le Martinet sombre pique votre curiosité et vous aimeriez apporter une contribution à son étude? Visionnez la version enregistrée de notre webinaire (en anglais).

Relevé d’occupation de site effectué tôt le matin à une chute dans la vallée de la rivière Squamish. Photo : Rémi Torrenta

Quatre espèces uniques – et autant de destins et de projets – unies par le même objectif global : contrer les dangers qui les guettent en vue de leur rétablissement!

Copy link
Powered by Social Snap