Sélectionner une page
Par Pete Davidson, conseiller principal en conservation, Oiseaux Canada

 

Nous sommes très heureux de communiquer d’excellentes nouvelles concernant les oiseaux aux États‑Unis à la suite du billet que nous avons publié durant l’été (en anglais seulement).

Nos partenaires de BirdLife International aux États-Unis – la National Audubon Society et American Bird Conservancy – ainsi que leurs propres partenaires (le Centre for Biological Diversity, le Natural Resources Defense Council et Defenders of Wildlife) ont intenté une série de poursuites qui se sont soldées par la décision d’une cour fédérale de renverser la réinterprétation de la Migratory Bird Treaty Act. Cette réinterprétation avait grandement affaibli plusieurs mesures de protection de l’avifaune dans l’ensemble du pays et ainsi produit des effets négatifs sur bon nombre d’espèces d’oiseaux qui sont aussi présentes au Canada.

Moqueur polyglotte Photo : Yousif Attia
Dans sa décision, voici ce que la juge Valerie Caproni de la cour de district des États-Unis a déclaré en faisant référence au roman Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, de l’écrivaine Harper Lee : « Ce n’est pas simplement un péché de tuer un oiseau moqueur, c’est également un crime. » Et d’ajouter: « Telle est la lettre de la loi depuis un siècle. Mais si le ministère de l’Intérieur arrive à ses fins, de nombreux oiseaux moqueurs et autres oiseaux migrateurs qui ravissent le public et servent à l’écosystème de tout le pays seront tués sans conséquence juridique. »

Nos lecteurs qui lisent l’anglais peuvent obtenir de plus amples détails sur la décision dans les communiqués d’Audubon et d’American Bird Conservancy. Oiseaux Canada remercie toutes les personnes qui ont appuyé notre position et se sont prononcées sur la question, ainsi que le gouvernement du Canada pour sa rigoureuse analyse des différentes options basée sur des données probantes.

Share via
Copy link
Powered by Social Snap