Sélectionner une page

Profil d’espèce – Le Cygne siffleur: un vol… vocal

Par Graham Sorenson

Voir un cygne, c’est bien, mais rencontrer des milliers de Cygnes siffleurs qui poussent des cris perçants, c’est remarquable! Toutefois, contrairement à ce que pourrait laisser croire son nom, le Cygne siffleur ne siffle pas. Son nom renvoie non pas à son cri, mais plutôt au bruit produit par le lent et puissant battement des ailes en vol.

Chaque année au printemps et en automne, les Cygnes siffleurs survolent l’Amérique du Nord dans un sens ou dans l’autre entre leurs lieux de reproduction de la toundra arctique et leurs quartiers d’hiver sur les côtes est et ouest. La région de Long Point, dans le sud de l’Ontario, est une de leurs principales haltes; il peut y passer près de 20000 individus certains jours. Le Cygne siffleur trône même sur le logo de l’Observatoire d’oiseaux de Long Point! La majorité des cygnes qui survolent cette région hivernent dans la baie de Chesapeake, sur la côte atlantique.

Des deux espèces de cygnes indigènes du Canada, le Cygne siffleur est celle qu’on rencontre le plus fréquemment et la plus petite des deux, mais celui-ci demeure l’un des plus gros oiseaux au pays. Contrairement au Cygne trompette, il arbore souvent une tache jaune sur le bec. La base du bec forme un U entre les yeux chez le Cygne siffleur et un V chez le Cygne trompette. Quant au Cygne tuberculé, espèce introduite, il possède le plus souvent un bec orange avec une bosse noire à la base.

Les populations de l’Est et de l’Ouest canadiens du Cygne siffleur sont considérées comme stables.

Cygne siffleur Photo: Tim Arthur
Le logo de l’Observatoire d’oiseaux de Long Point
Share via
Copy link
Powered by Social Snap