Sélectionner une page

Par James Casey, spécialiste de l’estuaire du Fraser, Études d’Oiseaux Canada


Photo : James Casey

Au début d’avril 2019, j’ai eu la chance de passer une matinée à recueillir des échantillons de vase dans l’estuaire du fleuve Fraser tout en étant entouré de milliers de Bécasseaux d’Alaska. Un peu plus d’un mois plus tard, j’étais présent, avec d’autres personnes, aux audiences publiques relatives au projet de construction du terminal 2 de Roberts Bank. J’ai expliqué à la commission d’examen l’importance de cette vase – ou plus précisément du biofilm qui la recouvre – pour la population mondiale de ces oiseaux de rivage.
Le delta du Fraser est le plus important habitat pour les oiseaux au Canada le long de la voie migratoire du Pacifique; il a été désigné zone importante pour la conservation des oiseaux et de la biodiversité (ZICO). De plus, il est le théâtre d’une des plus importantes remontes de saumon du monde. Or, nous sommes en voie de détruire l’équilibre de cet écosystème vital. Si le projet était autorisé, les répercussions déborderaient largement la perte d’espèces sauvages. Si nous voulons rectifier le tir et préserver le delta, c’est le moment de nous manifester (pétition en anglais).
 
Le terminal 2 de Roberts Bank, un pas dans la mauvaise direction
Si le projet est entrepris, il s’agirait d’un terminal de conteneurs situé en plein milieu de l’estuaire. Au cours de l’audience tenue par la commission d’examen fédérale, des scientifiques d’Environnement et Changement climatique Canada ont révélé qu’environ 50 % de la population mondiale de Bécasseaux d’Alaska ont besoin de Roberts Bank pour faire le plein d’énergie au cours de leur migration annuelle. Compte tenu du caractère unique de la principale source de nourriture de l’espèce à Roberts Bank – le biofilm –, ces scientifiques ont conclu que les changements que le projet entraînerait s’il était réalisé comporteraient un risque impossible à éliminer pour les Bécasseaux d’Alaska et pour les oiseaux de rivage en général. Si nous n’agissons pas maintenant, les incidences des aménagements ne constitueraient qu’un exemple des nombreuses menaces qui pèsent sur l’estuaire du Fraser.
 


Bécasseaux d’Alaska Photo : Catherine Jardine

Venez en aide aux Bécasseaux d’Alaska et aux autres oiseaux de rivage en signant la pétition.
 
Avec votre soutien, Études d’Oiseaux Canada intervient
Nous ne savons pas encore quel sera le résultat de notre participation aux audiences publiques relatives au projet de construction du terminal 2 de Roberts Bank. La commission d’examen publiera ses recommandations d’ici à la fin de l’été 2019 quant à la suite à donner au projet. Entretemps, de concert avec Nature Canada et BC Nature, nous avons lancé une campagne visant l’adoption d’un plan officiel de remise en état et de gestion de l’estuaire du Fraser. Ce plan établirait comment maintenir l’état et la fonction de cette ZICO d’importance mondiale avant que tout autre projet industriel de grande envergure ne soit approuvé.
Nous avons besoin de votre aide pour convaincre notre gouvernement que l’estuaire du Fraser est trop important pour le laisser périr à la suite du développement industriel. Études d’Oiseaux Canada, BC Nature et Nature Canada ont lancé une pétition pour demander au gouvernement de mettre en œuvre un plan de remise en état et de gestion de l’estuaire du Fraser. Ajoutez votre voix à celles d’autres Canadiens préoccupés afin que ce message ne reste pas sans suite.
 


Bécasseaux d’Alaska à Roberts Bank Photo : James Casey
Share via
Copy link
Powered by Social Snap