Sélectionner une page

Le mois prochain, des scientifiques d’Études d’Oiseaux Canada se réuniront avec des collègues experts de toutes les régions du monde à l’occasion du 27e Congrès ornithologique international, qui aura lieu à Vancouver (site Web en anglais). Cela promet d’être une des plus importantes rencontres mondiales d’ornithologues jamais vues : environ 2000 délégués provenant d’une centaine de pays seront présents! Que vous y participiez ou non, nous voulons vous donner un aperçu des nouvelles connaissances et des données de recherche que notre équipe présentera lors de cet événement de portée planétaire.
La science citoyenne au service du suivi et de la préservation de l’avifaune mondiale
Les bénévoles constituent la pierre angulaire des programmes de science citoyenne. Des avancées technologiques leur permettent, où qu’ils se trouvent, de contribuer aux activités de suivi à un niveau sans précédent. Il devient ainsi possible de mener d’ambitieux travaux de recherche sur les oiseaux du monde. Ces avancées posent aussi des difficultés lorsqu’il s’agit de gérer de grandes quantités de données et de les analyser de façon pertinente. En séance plénière, Jody Allair, d’Études d’Oiseaux Canada, et David Noble, du British Trust for Ornithology, présenteront les façons dont les bénévoles – entre autres les citoyens chercheurs qui œuvrent pour Études d’Oiseaux Canada – façonnent l’avenir du suivi de la faune aviaire.
Le Système de surveillance faunique Motus
De nos jours, la radiotélémétrie est la principale méthode permettant de suivre avec grande précision de petits animaux dans l’espace et dans le temps. C’est le souci d’étendre le recours à cette technologie qui a mené à la création du Système de surveillance faunique Motus, un réseau de recherche qui mobilise actuellement plus de 150 collaborateurs et compte plus de 400 stations réceptrices dans les Amériques, en Europe et en Australie. Ces stations reçoivent les signaux des émetteurs que portent les animaux pistés. Les participants au symposium sur ce sujet exploreront les façons dont on utilise Motus et d’autres technologies complémentaires pour étudier les déplacements et les comportements d’animaux, recueillir l’information nécessaire pour respecter les priorités en matière de conservation et produire l’état le plus complet jamais enregistré des migrations d’oiseaux.
Protection de colonies d’oiseaux marins contre les prédateurs
Les méfaits commis par des espèces de mammifères envahissantes comptent parmi les principales causes du déclin des populations d’oiseaux marins à l’échelle mondiale. L’introduction de mammifères envahissants sur des îles de l’archipel Haida Gwaii au 18e siècle a décimé ou complètement détruit de nombreuses colonies d’oiseaux de mer. De concert avec la Nation haida et des groupes locaux à but non lucratif, Études d’Oiseaux Canada s’efforce de chasser les mammifères envahissants de deux îles de l’archipel qui accueillent d’importantes colonies d’oiseaux marins. En séance plénière, David Bradley, Ph. D., décrira les travaux, qui comprendront aussi un programme de formation sur le terrain et des activités de financement en vue de renforcer la capacité des populations locales à maintenir les prédateurs à l’écart dans ces îles.
Ces trois exemples ne sont qu’un avant-goût des comptes rendus scientifiques qu’Études d’Oiseaux Canada présentera au Congrès ornithologique international. Ainsi, des allocutions, des échanges en tables rondes, des affiches et des ateliers mettront en évidence des sujets comme l’état des espèces d’oiseaux des prairies en péril au Manitoba, l’utilisation des ressources alimentaires par les Bécasseaux d’Alaska à leurs haltes migratoires, la surveillance de marais et la préservation des milieux humides, pour n’en nommer que quelques-uns.
Les bénévoles, les membres et les sympathisants d’Études d’Oiseaux Canada sont ceux qui nous permettent de faire avancer les travaux de recherche et de conservation prioritaires que nous menons jour après jour. Nous avons très hâte de faire connaître les résultats que nous obtenons ensemble. Nous sommes également curieux d’en apprendre davantage sur ce que réalisent d’autres experts et nous cherchons de nouvelles occasions de collaborer, dans le but de poursuivre notre mission : préserver encore plus efficacement les oiseaux sauvages du Canada.
Nous comptons bien vous renseigner plus tard sur ce que nous retirerons du Congrès!

Share via
Copy link
Powered by Social Snap