Sélectionner une page

par Kevin Shackleton, de Newmarket, en Ontario, ornithologue amateur et participant de longue date au Birdathon


Les Warbler Hunters.

Quand j’ai commencé à participer au Birdathon, c’était pour grossir ma liste d’espèces observées, avec l’aide de trois excellents observateurs d’oiseaux qui connaissent bien ma région. C’était en 1994. Pendant une de nos explorations de la région de York, en Ontario, mes partenaires et moi avons discuté de la possibilité d’observer 150 espèces en une seule journée à l’occasion d’un blitz ornithologique (appelé Big Day en anglais). Cette idée m’est restée en tête et a resurgi lorsque j’ai formé une nouvelle équipe pour le Birdathon, les Warbler Hunters, des West Humber Naturalists. Cela a déclenché une concurrence amicale entre mon ancienne équipe et celle-ci.
Souvent, les membres de mon équipe étaient quelque peu désespérés quand le Birdathon tirait à sa fin et que nous n’avions plus d’endroits propices où aller pour trouver d’autres espèces. Et nous faisions attention de ne pas révéler notre total d’espèces observées si nous rencontrions nos rivaux. Il semble que ceux-ci nous dépassaient généralement par une ou deux espèces, et nous nous demandions souvent tout haut comment ils faisaient pour toujours avoir cette petite avance. Or, certaines années, nous avons égalé ou dépassé leur score; nous étions au septième ciel!
Après une participation au Birdathon particulièrement décevante, nous avons délaissé la région de York pour aller explorer le comté de Simcoe. Le succès ne s’est pas fait attendre en 2009, si bien que nous avons décidé de nous en tenir à ce comté, un des plus étendus de l’Ontario.
Nous sommes revenus à la maison avec des listes de plus de 140 espèces pendant une suite d’années fructueuses. En 2017, nous avons dépassé mon objectif de 150 espèces en une journée! C’était le résultat d’un effort collectif déployé par Ron Fleming, Art Needles et Christopher Dunn. Les espèces qui sont sorties du lot étaient l’Aigle royal de Ron et le Faucon pèlerin de Chris. Un des membres de mon équipe originale, John Watson, a manqué ce haut fait au printemps 2017, car il a participé à son Birdathon en Angleterre, mais il nous reviendra en 2018.
Si la volonté de voir un grand nombre d’espèces est votre motivation principale derrière votre participation au Grand Birdathon pancanadien (comme cela a été mon cas au début), il existe des moyens de maximiser votre total. Chaque hiver, j’ai passé du temps à écouter des CD pour pouvoir identifier les espèces à la voix. J’ai aussi patrouillé divers habitats en mai à la recherche d’espèces peu communes ou difficiles à repérer. Le parcours que suit notre équipe pendant le Birdathon est soigneusement planifié pour que nous visitions les meilleurs endroits aux meilleurs moments de la journée. Ce genre de préparation est particulièrement important si l’on considère que certains de nos commanditaires s’engagent à verser un certain montant pour chaque espèce observée.
Le plaisir qu’on retire à participer au Birdathon est également une motivation des plus valables. Pour vivre un Birdathon agréable, il faut faire partie d’un groupe où règne la bonne humeur autant que la compétence. Et il est indéniable que mon équipe présente ces caractéristiques. J’ai souvent eu mal au ventre à force de rire des blagues et des plaisanteries. Une année, nous avons commencé une tradition : manger un bon steak ensemble le soir précédant le Birdathon, tradition qui se perpétue encore aujourd’hui!
Participer au Grand Birdathon pancanadien, c’est aussi aider à financer la recherche et la conservation; c’est dans cette voie que s’est orientée ma motivation au fil du temps. Constatant que George Pond était constamment au sommet de la liste des participants ayant recueilli le plus d’argent, j’ai décidé de relever le défi de le dépasser. Comme les clubs naturalistes manquent toujours de fonds, c’était une façon pour moi d’aider à renflouer les coffres de mon club, les West Humber Naturalists, maintenant dissous. Et maintenant, un autre membre de mon équipe, Art Needles, figure lui aussi parmi les dix premiers collecteurs de fonds du Birdathon. Les fonds qu’Art et moi avons amassés en 2017 bénéficieront aux Kawartha Field Naturalists, qui s’emploient à améliorer l’état d’une réserve naturelle dont ils sont les intendants pour Ontario Nature.
Les participants aux marathons ornithologiques comme le Grand Birdathon pancanadien ont l’occasion non seulement de découvrir des espèces d’oiseaux qu’ils n’ont encore jamais vues ou entendues, mais aussi de se faire des amis pour la vie. J’ai ajouté des espèces mémorables à ma liste au cours des 24 dernières années – comme la Paruline à ailes bleues et la Bernache cravant, pour n’en nommer que deux – mais les meilleures retombées pour moi ont été les amis que je me suis faits en cours de route. Selon moi, c’est une des principales raisons pour lesquelles vous devriez participer au Grand Birdathon pancanadien.
Kevin Shackleton est capitaine de l’équipe des Warbler Hunters. Vous aimeriez les aider à atteindre leur objectif de collecte de fonds pour 2018? Visitez la page de l’équipe. Merci, Kevin, pour votre 25e Birdathon et pour tous les fonds que vous et vos équipes ont recueilli au bénéfice de la conservation au fil des ans!
 

Copy link
Powered by Social Snap