Sélectionner une page

Par Lisa Nisbet, Ph. D., chercheuse en psychologie environnementale, Université Trent

 

Note – Tous les hyperliens fournis dans le texte qui suit, sauf le premier, mènent vers des pages Web en anglais.

La plupart des personnes qui aiment les oiseaux remarquent et apprécient les arbres. En effet, c’est souvent les arbres qu’on voit en premier lorsqu’on cherche à savoir d’où proviennent ces hululements, ces pépiements, ces gazouillis et ces trilles. Les observateurs d’oiseaux aguerris peuvent même savoir quelle essence d’arbre est la source de nourriture ou l’habitat préféré de telle espèce. Et à mesure que croît le degré de préoccupation concernant notre adaptation aux changements climatiques, les arbres retiennent davantage l’attention à cause des nombreux écoservices qu’ils fournissent, en particulier dans les villes. Les arbres contribuent, entre autres, à réguler les effets des chutes de neige et de pluie, à améliorer la qualité de l’air, à réduire la pollution et à atténuer l’effet d’îlot thermique urbain en été. Mais les arbres ont également une incidence sur notre santé physique et mentale, et ce de plusieurs manières surprenantes. Ils sont peut-être sous-estimés en tant que sources de bien-être chez l’être humain.

Un nombre considérable de données empiriques a établi les avantages en termes de bonheur d’une interaction régulière avec la nature. Les recherches sur les bienfaits de la nature portent souvent sur les espaces verts (arbres et autres végétaux) ou les espaces bleus (cours d’eau, lacs, plages) sans se concentrer sur des éléments spécifiques des milieux naturels. Or des scientifiques du Japon et d’ailleurs dans le monde ont mené des recherches sur les bienfaits pour la santé de la nature et du temps passé parmi les arbres. La pratique japonaise du Shinrin-Yoku repose sur l’immersion dans l’atmosphère des bois, parfois appelée le «bain de forêt». Parmi les bienfaits qu’elle procure, on compte l’amélioration de la fonction immunitaire (accroissement de l’activité des cellules tueuses naturelles) et la diminution de la réaction du corps au stress (fréquence cardiaque et pression artérielle).

Grive solitaire

par Lisa Nisbet | au parc provincial Algonquin (Ontario)

Par ailleurs, plusieurs études du couvert forestier ont mis en lumière l’importance des arbres pour le bien‑être des humains. Les arbres sont associés à la satisfaction envers son voisinage et à la perception de sa propre santé. À Toronto, parmi les répondants à un questionnaire, ceux qui vivaient dans des quartiers où il y avait beaucoup d’arbres avaient en moyenne une meilleure perception de leur santé que ceux qui habitaient dans des quartiers où les arbres étaient moins présents. À titre illustratif, mentionnons que le fait de compter dix arbres de plus dans son quartier équivalait à augmenter son revenu de 10000$ et à rajeunir de sept ans. Et si l’on ajoutait un onzième arbre, cela avait pour effet de doubler cette hausse de revenu et de rajeunir d’une année supplémentaire. La présence d’arbres suscite un sentiment d’interdépendance et favorise la santé mentale. Dans une étude menée à Peterborough, en Ontario, des adultes âgés vivant dans des quartiers où le couvert forestier est plus important présentaient moins de détresse psychologique que les autres. Et ils se sentaient plus proches des arbres, de la faune, de la flore et de la nature en général.

Le degré de biodiversité d’un quartier est une indication du bien-être qui y règne. Des recherches menées dans plusieurs pays, notamment en Australie, semblent indiquer que les grands arbres matures accueillent plus d’animaux que d’autres composantes de l’environnement et que, plus les arbres sont gros, plus la diversité des oiseaux et des autres espèces forestières est grande. Dans le cadre d’une étude portant sur des éléments spécifiques de la nature à visée réparatrice, les gens ont identifié les chants et les cris d’oiseaux comme la caractéristique auditive la plus associée à la réduction du stress et à l’amélioration de l’attention. Dans une autre recherche réalisée au Royaume-Uni, les personnes qui pouvaient identifier un bon nombre d’espèces d’oiseaux se sentaient liées plus étroitement avec la nature lorsqu’elles en observaient. Ainsi, l’observation d’oiseaux et la science participative offrent de grandes possibilités comme activités favorisant de bons rapports entre la faune aviaire et les humains.

Peut-être devrions-nous également promouvoir les compétences en matière d’identification des arbres. Les gens ne protègent que ce qui leur tient à cœur. Si nous ne connaissons que le mot «arbre», il se peut qu’un arbre ne soit à nos yeux qu’une partie d’un univers végétal vert, alors qu’un Chêne rouge (Quercus rubra) est un être vivant particulier. Cet arbre accueille et soutient des Tamias rayés, des écureuils, des Cerfs de Virginie, des Pics à tête rouge, des Sittelles à poitrine blanche, des mésanges, des Canards branchus et des Harles couronnés, par exemple. Il pousse bien dans les secteurs en cours de réhabilitation, comme les anciens sites d’extraction de charbon, et résiste bien aux dommages causés par l’ozone. Son houppier étendu procure ombre et abri aux humains, entre autres créatures. Un «arbre» demeurera toujours impersonnel, tandis que nous pouvons apprendre à connaître et comprendre le Chêne rouge (Quercus rubra) et à en prendre soin.

  • Save
Photo : Lisa Nisbet

C’est ce qu’ont découvert les responsables de la ville de Melbourne, en Australie, quand ils ont attribué des adresses courriel précises à des arbres. L’objectif était de faciliter le signalement des problèmes mais, au lieu de cela, les autorités municipales ont reçu un déluge de vœux personnalisés et de lettres d’amour adressés à divers arbres Pendant l’été 2019, la Ville d’Halifax, en Nouvelle-Écosse, a lancé l’initiative «Text-A-Tree» («textez un arbre»), dans le cadre de son programme relatif aux arbres, dans le but de promouvoir l’interaction avec la nature et de sensibiliser la population à l’importance des arbres pour les humains. Près de 3000 personnes ont envoyé plus de 10000 messages textes aux arbres pour leur exprimer leur gratitude et leur amour.

Les arbres ont également une signification symbolique pour de nombreuses personnes et peuvent procurer des bénéfices sur les plans spirituel et thérapeutique. Pendant la pandémie de la COVID‑19, il peut être encore plus important d’encourager les relations avec les oiseaux, les arbres (et la nature) dans le but de gérer les sentiments de stress et d’isolement. La promotion des effets moins connus des arbres (sur les humains) peut contribuer aux efforts de conservation et de protection de l’environnement. Il s’agit d’une situation gagnante pour les oiseaux, les arbres et les humains.

Comment vous pouvez aider les oiseaux (et les humains!) en aidant les arbres:

  • Découvrez les oiseaux, leurs habitats et les essences d’arbres qui les abritent et les nourrissent.
  • Planifiez vos travaux de jardinage et d’aménagement paysager en prévoyant la plantation d’arbres et d’arbustes accueillants pour les oiseaux.
  • En plus de faire des choix de consommation respectueux des oiseaux, pourquoi ne pas penser aussi aux arbres (réduire la consommation de papier et encourager les entreprises qui pratiquent le commerce écologiquement durable)?
  • Lancez un projet Communautaire de plantation d’arbres ou participez à un projet existant (établir des liens avec des associations de quartier ou communautaires qui sont déjà, ou doivent être, inspirées par les bienfaits des arbres pour la santé).
  • Aidez à arroser les arbres pris en charge par la communauté en cas de sécheresse.
  • Soutenez les forêts urbaines et les arbres de rue en préconisant l’adoption de règlements municipaux de protection des arbres.
  • Votez pour des politiciens qui soutiennent des initiatives visant à préserver et à créer des habitats pour les oiseaux et la faune sauvage.

 

 

Vous pouvez en apprendre davantage sur le travail de Lisa Nisbet, Ph. D., à l’adresse naturerelatedness.ca (en anglais)

A male Wood Duck high up on a branch
  • Save
Canard branchu Photo : Georgia Wilson
Copy link
Powered by Social Snap