Sélectionner une page

Par Graham Sorenson, coordonnateur des programmes en Colombie-Britannique, Oiseaux Canada

 

 

À la fin d’août, beaucoup d’oiseaux migrateurs qui ont niché sous nos cieux entreprennent leur migration vers le sud. Or les Courlis à long bec les ont devancés de plusieurs semaines déjà. À l’heure qu’il est, les courlis qui ont niché dans la région de Prince George, en Colombie-Britannique, sont tous en Californie, où ils passeront l’hiver à chercher leur pitance principalement dans des champs agricoles.

  • Save

Photo : Greg Drozda

Nous savons où se trouvent ces oiseaux tout au long de l’année grâce à un suivi satellitaire rendu possible par une collaboration entre scientifiques, ornithologues amateurs et propriétaires fonciers. En 2019, Oiseaux Canada a fixé des émetteurs satellite sur sept Courlis à long bec de la population qui niche chez nous et des banderoles aux pattes de trois autres individus afin de suivre leurs déplacements et de localiser leurs haltes migratoires. Pendant la saison de reproduction 2019, nous avons fait le suivi de la nidification et déterminé les dates de premier envol avec l’aide d’observateurs et de propriétaires de terres de la région. Bon nombre de ces personnes ont récidivé en 2020.

Le retour des Courlis à long bec est très attendu dans la région de Prince George chaque printemps, mais en 2020, les intéressés étaient encore plus fébriles, car ils pouvaient voir l’arrivée des oiseaux pistés sur cette carte. Les déplacements des personnes étaient de plus en plus limités en raison de la pandémie, mais cela n’empêchait pas les courlis de nous arriver en grandes bandes sur leurs lieux de nidification. Oiseaux Canada a diffusé une mise à jour sur leurs déplacements sous la forme d’une présentation vidéo (en anglais) et a fourni des ressources aux observateurs de la région pour les aider à surveiller les oiseaux, à localiser leurs lieux de reproduction et à déterminer le statut reproducteur des individus pistés qu’ils repéraient.

Ces magnifiques oiseaux ne cessent de m’émerveiller depuis que j’ai emménagé dans ma ferme et que je les ai découverts le long de mon entrée de voiture il y a 15 ans. Quand j’ai appris qu’un programme de suivi et de pistage de courlis devait être mis en place ici même, je n’arrivais pas à le croire. J’étais tellement contente de participer et de mieux les connaître! 

Martha Griesbach

propriétaire d’une terre de la région

Tout au long du printemps, des observateurs ont visité régulièrement les champs de la région connus pour accueillir de grandes congrégations de courlis en migration et ils ont envoyé leurs données à Oiseaux Canada ainsi qu’à eBird Canada. Nous avons également reçu des photos incroyables montrant entre autres Martha (qui porte la banderole AM à sa patte droite) et des individus qui mangeaient des vers de terre.

  • Save

Martha (banderole AM – patte droite) Photo : Greg Drozda

Plusieurs observateurs d’oiseaux et propriétaires fonciers de la région ont même passé plusieurs jours tout au long du printemps et de l’été à surveiller les couples nicheurs et plusieurs nids que leurs observations attentives ont permis de repérer. Ce niveau de surveillance aidera Oiseaux Canada à établir des comparaisons d’une année à l’autre et à mieux connaître l’état de cette population du nord.

Maintenant que les courlis porteurs d’un émetteur sont retournés dans leurs quartiers d’hiver, nous avons étudié deux migrations d’automne vers le sud et une migration printanière vers le nord. La plupart des individus gagnant leurs lieux d’hivernage ont emprunté pratiquement les mêmes voies les deux années et sont restés à peu près aux mêmes endroits pour passer l’hiver. Une analyse détaillée effectuée aux haltes migratoires et aux lieux d’hivernage nous indiquera quel habitat est le plus souvent utilisé et quels types de cultures agricoles sont le plus souvent exploitées par les Courlis à long bec.

  • Save

Couloirs de migration vers le sud depuis Prince George (C.-B.) en 2020 de quatre Courlis à long bec

Le programme de pistage satellitaire d’Oiseaux Canada prendra fin cet automne, et nous retournerons dans la région de Prince George l’été prochain pour tenter de récupérer les émetteurs et pour mener d’autres activités de suivi de l’espèce et de sensibilisation.

Quel que soit l’endroit où vous habitiez au Canada, vous pouvez participer à des programmes de science citoyenne d’Oiseaux Canada qui nous aident à assurer le suivi et la préservation des populations d’oiseaux au pays. Pour en savoir plus, rendez-vous à https://www.oiseauxcanada.org/vous-pouvez-aider/la-science-citoyenne/.

Quand j’en ai vu pour la première fois, ces oiseaux m’ont fasciné, tant par leur retentissant “courlis courlis” et leurs longs sifflements étirés que par leur grande taille. L’occasion de contribuer à l’étude et d’apprendre le maximum de choses sur eux était trop belle pour que je la laisse passer.

Jack Bowling

membre des Prince George Naturalists

  • Save
Share via
Copy link
Powered by Social Snap