Sélectionner une page

Par Laura Bartlett, gestionnaire des programmes en Nouvelle-Écosse, Oiseaux Canada

 

« HL », soit Helen Louise, ainsi baptisée par nos biologistes sur le terrain, est une femelle baguée de Pluvier siffleur (de la sous-espèce melodus). Helen Louise, comme beaucoup d’autres de ses congénères, a été baguée alors qu’elle était adulte, en 2014, par le Service canadien de la faune dans le cadre d’une étude en cours visant à mieux connaître cette espèce en voie de disparition. Depuis, elle a fait l’objet d’un suivi dans le cadre du Programme de conservation du Pluvier siffleur en Nouvelle-Écosse.

Les Pluviers siffleurs retournent généralement sur la même plage chaque printemps lorsqu’ils arrivent sur les côtes de la Nouvelle-Écosse et sur le reste du littoral atlantique au Canada et dans le nord des États-Unis. Helen Louise a été baguée sur une magnifique plage du sud de la Nouvelle-Écosse, pas très loin de la ville de Shelburne. Sans surprise, elle a niché sur cette même plage avec ses partenaires HV (en 2014 et 2015) et HE (en 2016). Puis, en 2017, elle a rencontré CJ. Les deux nouveaux partenaires ont perdu leur première couvée, mais ils ont réussi à mettre au monde trois poussins à leur deuxième tentative. Jusqu’à maintenant, Helen Louise est retournée à la même plage année après année.

  • Save
Photo : Laura Bartlett

Helen Louise et CJ ont pris des chemins séparés en août 2017, mais se sont retrouvés en avril 2018. Cette année-là, après une première tentative de reproduction infructueuse, Helen Louise a décidé de faire un changement. Le 3 juillet, un observateur aguerri a signalé la présence de notre héroïne sur une autre plage, la plage Dominion, au cap Breton, après un voyage de plus de 500 kilomètres vers le nord! Elle y a rencontré un mâle non bagué, ce qui a débouché sur la naissance de deux petits qui ont été élevés jusqu’à leur premier envol. Et ce qui rend cette histoire encore plus étonnante, c’est qu’il s’agit là du premier nid de pluviers confirmé sur la plage Dominion depuis le début des années 1990!

Après ses aventures au cap Breton, Helen Louise est retournée à sa plage initiale, sur la côte sud, pour les saisons de nidification de 2019 et 2020. Mais elle n’était pas du genre à rester en place! En 2021, elle est retournée sur la plage Dominion pour une nouvelle saison de reproduction. Elle a même été courtisée par T6, son partenaire de 2020, mais elle n’était pas intéressée. On aurait dit qu’elle voulait voir le monde! Elle a donc fait un saut de 16 km vers le sud jusqu’à une autre plage où elle a passé presque un mois avant de s’envoler à plus de 230 km vers le nord jusqu’à la plage Martinique, non loin d’Halifax. À la fin de l’été, elle a fini par regagner sa plage d’origine avant de partir avec les autres pluviers vers leurs lieux d’hivernage dans le sud des États-Unis et les Caraïbes.

 

HL aime garder certains secrets. Si elle a été aperçue en migration dans le New Jersey au printemps 2018 et en Caroline du Nord à l’automne en 2019 et 2020, nous ne savons toujours pas précisément où elle passe ses mois d’hiver, peut-être à rêver de ses prochaines aventures.

  • Save
Photo : Laura Bartlett

Les bagues, comme celles de HL, permettent aux techniciens de terrain d’identifier plus facilement les oiseaux et de comparer les observations lorsque ceux-ci sont repérés dans de nouveaux endroits. Helen Louise est un excellent exemple de la façon dont un individu peut aller à l’opposé des tendances de l’espèce, par exemple nicher sur la même plage d’une année à l’autre, ce qui permet de mieux comprendre leurs comportements. Ainsi, tel que mentionné plus haut, Helen Louise a niché sur une plage qui n’avait pas accueilli de couple nicheur depuis près de 30 ans. Il est donc important pour nous de continuer à surveiller les plages de nidification qui n’ont pas reçu la visite de Pluviers siffleurs depuis de nombreuses années.

Les participants au Programme de conservation du Pluvier siffleur en Nouvelle-Écosse surveillent plus de 50 plages chaque année. Nous comptons beaucoup sur le soutien des bénévoles et sur les rapports des observateurs passionnés. En fait, les bénévoles ont trouvé deux nouvelles plages de reproduction du Pluvier siffleur en Nouvelle-Écosse cette année! Il est encourageant de voir cette espèce en voie de disparition occuper de nouveaux endroits à mesure que la population augmente.

  • Save
Photo : Laura Bartlett

Les Pluviers siffleurs sont confrontés à de nombreuses menaces, comme la perte d’habitat due à l’aménagement de côtes et à l’élévation du niveau de la mer. Ils subissent également l’impact de la fréquentation croissante des plages par les humains, qui est souvent synonyme de la hausse du nombre de chiens en liberté, de véhicules et de détritus (qui attirent les prédateurs des pluviers) sur les plages. Ces facteurs stressent beaucoup les oiseaux et les éloignent des zones de nidification et d’alimentation.

Nous cherchons à atteindre une population de 65 couples nicheurs de l’espèce dans l’ensemble de la Nouvelle-Écosse. Je suis heureuse de préciser qu’en 2021, nous avions 52 couples dans la province, contre 45 en 2019. Nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir, mais il y a toujours de l’espoir pour ces oiseaux épris d’aventure!

  • Save
Share via
Copy link
Powered by Social Snap