Sélectionner une page

Par Ellen Jakubowski, gestionnaire – Communications et image de marque, Oiseaux Canada

Les dons que vous faites par l’intermédiaire d’Oiseaux Canada soutiennent des travaux importants pour la faune aviaire. Merci pour vos généreuses contributions!

Le Fonds commémoratif James L. Baillie est un des véhicules par lesquels votre aide financière est mise à profit. Il canalise une partie des recettes du Grand Birdathon pancanadien® et des dons privés vers des activités et des travaux de recherche, de conservation et de sensibilisation qui aident les oiseaux. Pour qu’un projet soit admissible à une subvention au titre du Fonds, il doit se rapporter à une ou des espèces d’oiseaux qui passent au moins une partie de l’année au Canada. Les subventions sont accordées par des fiduciaires indépendants selon un processus concurrentiel.

Nous sommes ravis de vous raconter l’histoire qui suit, laquelle concerne un projet récemment réalisé qui a reçu le soutien du Fonds Baillie. En 2021, une «petite subvention» a été accordée à Teresa Cano-Palacios et ses collaborateurs pour l’exécution d’un projet visant à sensibiliser des citoyens à la Paruline du Canada. Les objectifs visés étaient les suivants: sensibiliser davantage les bénévoles de la ville de Cali, en Colombie, aux oiseaux migrateurs, en particulier la Paruline du Canada, et entreprendre un inventaire des oiseaux migrateurs dans la réserve privée El Otobo, dans les Andes occidentales de la Colombie. Le projet a été exécuté entre avril 2021 et juin 2022.

Paruline du Canada Photo: James Lees

L’équipe a effectué avec succès trois voyages dans la réserve El Otobo en février 2022, avec la participation d’un total de 22 bénévoles. Chaque voyage a commencé par une sortie matinale d’observation d’oiseaux et un court exposé sur la biodiversité, les espèces migratrices et l’histoire naturelle de la Paruline du Canada. La plupart des bénévoles ne connaissaient pas cette espèce et sa migration annuelle entre la Colombie et les lieux reproduction au Canada et aux États-Unis. De plus, chaque bénévole a planté deux arbres indigènes au cours des voyages.

Un bénévole plante un arbre. Photo: Andres F. Tigreros
Présentation aux bénévoles Photo: Andres F. Tigreros
Un bénévole plante un arbre. Photo: Andres F. Tigreros

Les relevés de la Paruline du Canada effectués dans la réserve El Otobo ont eu lieu de janvier à mai 2022. Ils se déroulaient de 6 h à 10 h, période pendant laquelle les oiseaux étaient le plus actifs. L’équipe a répertorié des points dans différents microhabitats (forêt, terre agricole et prairie) dans la réserve et réalisé des dénombrements d’une durée de 10 minutes dans un cercle d’un rayon de 30 mètres à partir de chaque point. Les participants dénombraient les Parulines du Canada et toutes les autres espèces dont ils détectaient la présence.

Pendant les relevés, trois espèces endémiques du pays ont été détectées: l’Ortalide de la Colombie, le Picumne gris et le Tyran à queue givrée. Les participants ont également noté la présence de la Conure de Wagler, désignée comme espèce quasi-menacée par l’UICN, ainsi que de huit espèces migratrices: le Viréo aux yeux rouges, la Grive à dos olive, les Parulines noir et blanc, à poitrine baie, à gorge orangée et du Canada, le Piranga vermillon et le Cardinal à poitrine rose.

Calliste à nuque d’or Photo: Andres F. Tigreros
Paruline à gorge orangée Photo: Andres F. Tigreros

«Le résultat le plus important a été de voir les visages heureux de nos bénévoles à la fin de la journée, a commenté Teresa Cano-Palacios dans le rapport sur le projet, en faisant référence à l’objectif de sensibilisation. Les gens ont reçu avec grand enthousiasme l’information que nous leur avons fournie sur la biodiversité de la Colombie et le comportement migrateur de la Paruline du Canada. Ils avaient du mal à croire qu’un si petit oiseau ait pu accomplir un si long voyage du Canada vers la Colombie pour éviter le froid de l’hiver.»

Teresa a ajouté que le groupe était fier d’avoir apporté une importante contribution au Plan d’action pour la conservation du cycle annuel complet de la Paruline du Canada en surveillant l’espèce dans une forêt de nuages en Colombie, son principal pays d’hivernage. Les données recueillies tout au long du projet sont en accès libre dans eBird en vue de leur utilisation pour des recherches futures.

C’est ainsi que Teresa a exprimé sa reconnaissance: «Le Fonds Baillie nous a énormément aidés à lancer le projet qui fera d’El Otobo un site potentiel pour l’écotourisme, l’agrotourisme et l’observation des oiseaux et un centre d’éducation environnementale dans la municipalité de Dagua.» Une partie de la subvention a également servi à acheter des jumelles, qui permettront aux visiteurs de la réserve d’observer les oiseaux. Enfin, il a également été possible de planter des arbres qui fourniront le gîte et le couvert aux Parulines du Canada et aux autres oiseaux présents dans la région. Sans compter que les responsables ont pu embaucher Andres Tigreros, un ornithologue qualifié, qui a réalisé un inventaire de base des effectifs d’oiseaux migrateurs et résidents dans la réserve.

Merci encore à celles et ceux qui rendent possible des initiatives marquantes comme celle-ci en apportant leur soutien au Grand Birdathon pancanadien® et au Fonds Baillie!

 

Copy link
Powered by Social Snap