Sélectionner une page

Par Andres Jimenez, coordonnateur – Programme urbain, Oiseaux Canada

Une pandémie qui tue, la biodiversité qui s’épuise, la disparité raciale qui fait rage… Nous avons assurément besoin d’un peu d’espoir en ces temps difficiles. Des élèves d’une école secondaire de Markham, en Ontario, ont décidé de faire face, de trouver l’espoir et de le partager avec le monde.

Avant que la COVID-19 arrive dans la province, les responsables de l’école secondaire Milliken Mills, Oiseaux Canada et un groupe d’artistes de l’Ontario avaient planifié de tenir le plus grand défilé de célébration de l’avifaune jamais vu dans le territoire du conseil scolaire de district de la région de York. Tout était prévu pour le Jour de la Terre.

C’est alors que la pandémie nous a frappés. Nous étions cinq, chacun devant son écran d’ordinateur : trois artistes, un enseignant et moi-même. Pendant un moment, nous avons envisagé d’abandonner. Comment diable peut-on tenir un défilé virtuel? Est-ce que les jeunes auraient envie d’y participer? Les enseignants pourraient-ils insérer cette activité supplémentaire dans leurs horaires chargés? Dans l’affirmative, comment allions-nous organiser tout cela?

C’est finalement Chris Williams (le « coach », comme les jeunes l’appellent) qui a brisé le silence : « Il faut continuer. Pour le bien des jeunes. »

Chris a planté une graine d’espoir, et la suite a été magique. En moins de trois semaines, plus de 1000 personnes ont uni leurs forces pour créer une galerie d’art sous le thème des oiseaux (en anglais) présentée au monde entier. La pièce de résistance de l’ensemble est une vidéo de trois minutes intitulée « I am a Bird » (« Je suis un oiseau ») qui communique un message d’espoir sincère de la part de 600 élèves du secondaire – de la génération Z que tant d’adultes considèrent gâtés et paresseux.

art : étudiant

L’équipe était déterminée à livrer un message percutant sur la conservation au nom des oiseaux. Les élèves étaient invités à nous envoyer leurs réalisations en ligne sous différentes formes après avoir imaginé la vie avec les yeux d’un oiseau. Ils ont répondu en livrant une quantité extraordinaire d’oeuvres d’art. À distance, ils ont produit plus de 300 poèmes, chansons, images, peintures et vidéos, mariant l’art et la science pour nous aider à mieux percevoir le monde qui nous entoure. Ce projet aux multiples facettes a été mené à bien par les élèves avec le soutien d’Oiseaux Canada, du Shadowland Theatre et d’un gardien du savoir autochtone. Les élèves ont fait des recherches, appris, résolu des problèmes et, surtout, créé un lien émotionnel avec la nature qui les entoure; ils ont démontré on ne peut mieux que les arts sont des alliés naturels de la conservation.

Nous remercions le Conseil des arts de l’Ontario de son généreux soutien. Nous remercions aussi toutes les personnes qui ont mis l’épaule à la roue : les enseignants, membres du personnel et élèves de l’école secondaire Milliken Mills, le conseil scolaire de district de la région de York ainsi que les artistes Anne Barber (artiste principale), Brad Harley, Ben Lee, Chris Wilson, Sequoia Erickson et Allan Colley.

Et vous, chers lecteurs, je vous invite à visionner la vidéo « I am a Bird » et visiter la galerie (en anglais) et à faire connaître cette histoire inspirante au plus grand nombre!

art : étudiant