Sélectionner une page

Par Doug Tozer, Ph. D., directeur, Oiseaux aquatiques et milieux humides, Oiseaux Canada

 

Petit Blongios Photo : Tim Arthur

Le Programme de surveillance des marais des Grands Lacs (PSMGL) est mené chaque année depuis 1995. Le fait qu’il existe depuis un quart de siècle en dit beaucoup sur son importance. Au fil des ans, il a joué divers rôles essentiels pour la préservation des oiseaux de marais et des anoures (grenouilles, rainettes et crapaud) dans l’ensemble de la région des Grands Lacs, tant aux États-Unis qu’au Canada. Le PSMGL a permis de faire le suivi des populations, d’étudier les associations d’habitats, de contribuer à des activités de gestion et de planification et d’accroître la sensibilisation du public à l’importance des milieux humides.

Bien sûr, tout cela ne s’est pas produit par enchantement! Rien de tout cela ne serait arrivé sans le dévouement désintéressé de près de 2000 participants bénévoles. Ces merveilleuses personnes ont consacré des milliers d’heures, d’une valeur de millions de dollars, pour que les oiseaux de marais, les anoures et les milieux humides dont ils dépendent demeurent en bonne santé partout dans la région des Grands Lacs. Il est vraiment impressionnant de constater qu’un si grand nombre de personnes se préoccupent à ce point d’espèces animales si peu connues.

En reconnaissance pour une telle contribution, nous avons produit un rapport célébrant les réalisations du PSMGL et surtout celles de l’ensemble des citoyens scientifiques qui y ont participé. Ce rapport présente les tendances et les profils démographiques de 18 espèces d’oiseaux des marais et de huit espèces d’anoures. En guise d’aperçu, mentionnons que l’abondance de 33 % des espèces d’oiseaux a diminué au fil des ans tandis que celle du reste des espèces a augmenté ou est demeurée à peu près la même, et les espèces discrètes, qui sont le plus dépendantes des marais, comme la Gallinule d’Amérique, le Grèbe à bec bigarré et le Râle de Virginie, ont été particulièrement éprouvées. Chez les anoures, seule la Rainette faux-grillon de l’Ouest a vu ses effectifs se réduire tandis que la population des autres espèces a augmenté ou est demeurée relativement stable.

Le rapport montre également que les données recueillies par les citoyens scientifiques sont fiables et que la préservation des milieux humides par les Plans conjoints des oiseaux migrateurs bénéficie aux espèces d’oiseaux des marais. Il révèle en outre que le contrôle du Roseau commun (Phragmites), une espèce envahissante, aide ces espèces et que nous devrions investir dans des travaux de conservation de ces milieux. Et chacune de ces constatations repose presque entièrement sur les données récoltées par les citoyens scientifiques qui participent au PSMGL! Nous remercions chacune et chacun des nombreux participants pour leur travail acharné et leur dévouement. (Les oiseaux des marais et les anoures de la région des Grands Lacs vous remercient beaucoup aussi!)

Le PSMGL et la production du rapport sont rendus possibles grâce au soutien des entités suivantes : Canards Illimités Canada, le Plan conjoint des habitats de l’Est, les gouvernements du Canada et de l’Ontario, la John and Pat McCutcheon Charitable Foundation, Conservation de la nature Canada, la Fondation TD des amis de l’environnement, l’Environmental Protection Agency et le Fish and Wildlife Service des États-Unis et Habitat faunique Canada.

Pour en savoir davantage sur le Programme de surveillance des marais des Grands Lacs ou pour y participer, rendez-vous à https://www.oiseauxcanada.org/psmgl/.

Pour lire le rapport complet, cliquez sur « Rapport – Programme de surveillance des marais des Grands Lacs ».