Sélectionner une page

Par Diane Peter, participante au Grand Birdathon pancanadien, Oshawa (ON)


Diane avec son mari et leur petit-fils Photo : Otto Peter

Mon mari et moi avons toujours porté un intérêt envers les oiseaux qui nous entourent, mais c’est notre fils qui nous a fait franchir un autre pas dans l’observation de la faune aviaire. Dans le but d’obtenir un badge de louveteau, il a construit une mangeoire puis observé les oiseaux qui y sont venus et enregistré ses observations, et ce pendant un mois. Il surveillait la mangeoire en déjeunant et faisait ses devoirs à la table de la cuisine pour pouvoir observer les oiseaux dans la cour. Et je devais faire le guet pendant qu’il était à l’école! Constatant son grand intérêt, nous l’avons encouragé et avons décidé de participer avec lui.
Nous avons continué d’encourager nos jeunes de plusieurs façons. Depuis que notre petit-fils a eu deux ans (il en a maintenant 11), nous lui montrons comment identifier les espèces communes qui fréquentent nos mangeoires. Quel plaisir c’était de l’entendre imiter le tchika-di di des mésanges à tête noire derrière la fenêtre de la cuisine lorsqu’il était petit. Il surveille sa mangeoire chez lui et s’informe souvent des espèces que nous voyons chez nous, car nous ne vivons pas dans la même région. Il nous a accompagnés plusieurs fois pendant nos excursions ornithologiques annuelles à Niagara Falls, en novembre. En été, à notre chalet situé au nord de Kingston, il est toujours partant pour une promenade dans la nature, pendant laquelle nous voyons des oiseaux, des insectes, des couleuvres et des plantes. Notre petit fils a également assisté deux fois avec nous à l’assemblée générale annuelle d’Ontario Nature, en juin, et participé à des ateliers et des sorties. Il possède son propre guide d’observation de terrain et cherche toujours à trouver les oiseaux qui y sont montrés.
Une année où tous les membres de notre famille nous visitaient à l’occasion de l’Action de grâces, notre fils et nos trois petits-enfants ont confectionné des mangeoires à partir de pommes de pin, de beurre d’arachide et de graines d’oiseaux. Nous sommes tous allés dans le bois Thickson pour suspendre les mangeoires à des branches d’arbre. Les enfants étaient très excités lorsque des mésanges sont venues manger dans leurs mains.
Il y a plusieurs années, le plus jeune membre de notre club de naturalistes, un élève de sixième année, nous a accompagnés lors de mon Birdathon Baillie (maintenant appelé Grand Birdathon pancanadien). Pendant trois ans, notre club a financé sa participation au Youth Summit (sommet des jeunes) d’Ontario Nature, qui a lieu chaque année en septembre à l’intention des élèves de niveau secondaire intéressés par la nature. Les sommes retournées à notre club à partir du montant que j’amasse chaque année durant le Grand Birdathon pancanadien servent à payer la participation de jeunes de notre région à cette activité. J’ai le plaisir d’annoncer que nous commanditerons trois jeunes cette année. J’estime qu’il est important d’engager des jeunes au sein d’une organisation bien établie qui peut mobiliser leur énergie positive et leur intérêt.
Je mets au défi d’autres participants au Birdathon, et les amoureux des oiseaux en général, de tout faire pour encourager les jeunes qui sont intéressés par l’avifaune. Après tout, l’avenir de notre patrimoine naturel est entre leurs mains.


Photo : Otto Peter

Il y a plusieurs années, le plus jeune membre de notre club de naturalistes, un élève de sixième année, nous a accompagnés lors de mon Birdathon Baillie (maintenant appelé Grand Birdathon pancanadien). Pendant trois ans, notre club a financé sa participation au Youth Summit (sommet des jeunes) d’Ontario Nature, qui a lieu chaque année en septembre à l’intention des élèves de niveau secondaire intéressés par la nature. Les sommes retournées à notre club à partir du montant que j’amasse chaque année durant le Grand Birdathon pancanadien servent à payer la participation de jeunes de notre région à cette activité. J’ai le plaisir d’annoncer que nous commanditerons trois jeunes cette année. J’estime qu’il est important d’engager des jeunes au sein d’une organisation bien établie qui peut mobiliser leur énergie positive et leur intérêt.
Je mets au défi d’autres participants au Birdathon, et les amoureux des oiseaux en général, de tout faire pour encourager les jeunes qui sont intéressés par l’avifaune. Après tout, l’avenir de notre patrimoine naturel est entre leurs mains.
Nous remercions Diane d’avoir présenté son récit, d’encourager de jeunes champions des oiseaux et de participer au Grand Birdathon pancanadien! Vous aimeriez vous aussi présenter un récit relatif au Grand Birdathon pancanadien? Nous serions heureux de vous lire. Il vous suffit d’envoyer votre texte par courriel à l’adresse Kris@oiseauxcanada.org ou de le publier sur Facebook, Twitter ou Instagram en utilisant le mot-clic #BSCBirdathon.
 

Share via
Copy link
Powered by Social Snap