Sélectionner une page

Par Danielle Ethier, Ph. D., scientifique spécialiste des populations d’oiseaux, Oiseaux Canada

La science de la conservation commence et se termine par des données! Des ensembles de données de bonne qualité qui couvrent de longues périodes et de vastes zones géographiques sont nécessaires pour étudier les populations d’oiseaux au Canada. Ils nous aident à déterminer quelles espèces subissent des baisses d’effectifs, et pourquoi, et à mesurer le succès de nos mesures de conservation collectives.

Les données sont à la base du travail que nous accomplissons à Oiseaux Canada. Nous ne pourrions pas recueillir ces précieuses informations sans des bénévoles comme vous! Vous participez à l’Inventaire canadien des Plongeons huards, à un inventaire des hiboux nocturnes ou à un atlas des oiseaux nicheurs – pour ne citer que quelques exemples. Nous vous remercions de votre contribution! Les données que vous récoltez, et celles qui résultent de nombreux programmes de nos partenaires, sont stockées au Centre national de données d’Oiseaux Canada, où elles sont en accès libre pour interprétation, ce qui maximise l’influence qu’elles peuvent avoir sur la science de la conservation et les actions qui y sont associées.

  • Save
Saviez-vous que le Centre national de données d’Oiseaux Canada héberge des archives comptant parmi les plus imposantes masses de mentions d’observation d’oiseaux du monde: NatureCounts?

L’archivage efficace de données n’est pas une mince affaire. Il n’est donc pas surprenant que certains ensembles de données importants sur les plans historique et écologique ne soient pas archivés de manière sûre ni accessibles. Lorsque cela se produit, ces ensembles ne sont pas utilisés à leur plein potentiel et sont vulnérables à la perte permanente de données. Pour aider à sauver ces données, Oiseaux Canada s’est associé au Projet Living Data, une initiative de l’Institut canadien d’écologie et d’évolution, pour insuffler une nouvelle vie aux anciens ensembles de données. Il s’agit d’un programme de stages qui finance des scientifiques en début de carrière pour les aider à transférer des ensembles de données à haute valeur scientifique ou culturelle vers des plateformes sécurisées et accessibles, comme NatureCounts. Pour les stagiaires, c’est l’occasion d’acquérir des compétences professionnelles importantes, d’entrer en contact avec des chercheurs et d’être encadrés sur les meilleures pratiques de la « science ouverte » (mise à disposition gratuite des résultats d’études scientifiques pour tous).

« Croyez-moi, organiser les données de l’Inventaire des hiboux nocturnes pour seulement une province est une tâche colossale. Chaque petite incohérence ou restructuration dans les données nécessite une solution unique. Le regroupement des données de l’ensemble du pays dans un seul dépôt sera une réalisation monumentale! Ce fut pour moi une expérience formidable de participer à cette entreprise. »
Jake Hubner, stagiaire au Projet Living Data

Jusqu’à présent, le Projet Living Data a financé 42 travaux de sauvetage de données, dont six chez Oiseaux Canada. Parmi les entités et programmes d’Oiseaux Canada qui ont bénéficié de ce partenariat, on compte le Programme de surveillance de nichoirs d’Hirondelles bicolores de l’Observatoire d’oiseaux de Long Point, les stations et partenaires du Réseau canadien de surveillance des migrations, les ensembles de données des inventaires des hiboux nocturnes de l’Alberta et de la Nouvelle-Écosse, l’Atlas des oiseaux nicheurs et le Suivi du Martinet en Ontario et le Programme de conservation du Pluvier siffleur dans les Maritimes.

Bien que le sauvetage de données à petite échelle fasse partie intégrante de la conservation – en particulier pour les données historiques « de base » irremplaçables auxquelles d’autres données sont comparées afin de suivre les changements au fil du temps – Oiseaux Canada espère atteindre un point où celui-ci ne sera plus nécessaire. Tous nos programmes bénéficient désormais d’emblée de la plateforme NatureCounts, qui permet la saisie et l’archivage des données et l’accès direct à celles-ci dans le respect des normes internationales de gestion des données. Rendre les données ornithologiques issues de la science citoyenne largement et librement accessibles signifie qu’elles peuvent être utilisées à leur plein potentiel et avoir la plus grande incidence possible sur la conservation!

  • Save
Share via
Copy link
Powered by Social Snap