Sélectionner une page

Par Steven Price, président, Oiseaux Canada

 

Les restrictions relatives aux déplacements – qui font partie des mesures prises face à la COVID‑19 – ont eu pour effet de mettre en pause nos travaux de terrain habituels dans tout le pays. Toutefois, le personnel d’Oiseaux Canada d’un océan à l’autre ajuste nos programmes dans le but de poursuivre autrement nos activités de recherche, de sensibilisation et de conservation. Une rapide tournée virtuelle de nos régions administratives m’a montré que nous faisons bon usage de notre temps en cette période exceptionnelle, de concert avec nos partenaires, pour :

  • rédiger trois articles scientifiques présentant les résultats sur plusieurs années de l’Inventaire des oiseaux échoués de la Colombie-Britannique, du Relevé des oiseaux aquatiques des côtes de la Colombie-Britannique et de notre projet de suivi satellitaire de Courlis au long bec;
  • adapter pour présentation sur le Web des ateliers d’identification d’oiseaux dans le cadre de la campagne de l’Atlas des oiseaux nicheurs de la Saskatchewan, lesquels devaient être donnés en personne;
  • présenter des webinaires pour aider les propriétaires et les gestionnaires de terres du sud et du centre de l’Ontario à identifier et préserver les espèces d’oiseaux en péril présents sur leurs propriétés (nous avons reçu beaucoup de bonnes questions et les réactions ont été positives jusqu’à présent!);
  • dans le cadre du Plan conjoint des habitats de l’Est, élaborer des stratégies se rapportant à des mesures de conservation essentielles pour la prochaine décennie, lesquelles se rapportent aux milieux humides et aux terrains plus élevés voisins en vue de préserver la sauvagine et d’autres oiseaux de marais dans tout l’est du Canada;
  • planifier des moyens de conservation en vue d’aider à stopper le déclin des populations de Martinets ramoneurs et d’hirondelles dans les Provinces maritimes;
  • en ce qui touche nos programmes de surveillance des marais, élaborer des webinaires et d’autres contenus Web, examiner les données des années précédentes et réviser des manuscrits d’articles scientifiques et les présenter de nouveau pour publication;
  • adapter notre programme Des élèves aux oiseaux et lui donner un nouveau nom – Des élèves aux oiseaux à la maison – pour que les familles puissent y participer depuis leur domicile en mai prochain.

 

L’adaptation n’a pas été facile pour les membres de notre personnel et nos bénévoles si dévoués qui avaient hâte de retourner sur le terrain à la faveur de la migration printanière en cours ou imminente. Certains d’entre vous nous ont adressé de bonnes questions concernant le report des travaux de terrain, questions auxquelles nous avons répondu : voyez notre foire aux questions. Ce qu’il importe de préciser en particulier, c’est que, même si nous aimons tous aller dans la nature observer les oiseaux à nos endroits favoris, nous pouvons être certains que l’absence de données pendant une saison ne réduira pas notre capacité d’établir des tendances démographiques étant donné que nous disposons d’ensembles de données recueillies sur de longues périodes et que nos programmes d’analyse sont robustes.

Carouge à épaulettes