Sélectionner une page

Par Aranya Iyer et Mariel Terebiznik, codirectrices, FREED

En août 2022, l’organisme FREED (Field Research in Ecology and Evolution Diversified; site en anglais) a mené son tout premier programme, un cours intensif d’une semaine sur les techniques de travail de terrain. Nous avons accueilli à l’Algonquin Wildlife Research Station (station de recherche faunique Algonquin; site en anglais) 14 étudiants autochtones, noirs et racialisés et 11 leaders de différentes universités de l’Ontario. Le programme a été rendu possible en partie grâce au généreux soutien d’Oiseaux Canada. Passer une semaine à s’immerger dans le magnifique parc provincial Algonquin pour étudier sa faune et sa flore est le rêve de tout naturaliste. Cela résume parfaitement l’essence du travail de terrain et la raison pour laquelle tant d’écologistes choisissent de rester dans cette carrière – ce sont les animaux, la terre et, surtout, ses mystères. Ce fut un honneur d’offrir cette expérience à 14 étudiants autochtones, noirs et racialisés de premier cycle en biologie, passionnés par la nature qui les entoure!

 

Les participants à l’excursion ont eu la chance d’apprendre et de pratiquer le canoë. Photo : Brian Chan

Avant que nous renseignions les participants sur les ateliers à venir, Christine Luckasavitch, de Waaseyaa Consulting (site en anglais), a présenté un exposé fascinant devant le lac Sasajewun en toile de fond. Elle a guidé les élèves au long des 14 000 ans d’histoire du territoire de ce parc provincial. Elle a insisté sur la nécessité de reconnaître que nous entretenons une relation active avec les animaux et le territoire. Le premier jour, les participants se sont également rendus sur l’eau pour apprendre les rudiments du canotage! Ils se sont exercés pendant les relevés des tortues à l’étang Wolf Howl avec Mariel Terebiznik. Ils ont poursuivi leurs incursions dans le monde aquatique avec Rachel Giles au lac Bat, où ils ont été exposés à l’échantillonnage des invertébrés lors d’une session sur l’écologie aquatique. Rowan French a présenté un complément sur les invertébrés terrestres, entre autres en enseignant le balayage au filet fauchoir et l’utilisation du piège à entonnoir pour coléoptères. En début de semaine a eu lieu une randonnée guidée sur le sentier Two Rivers qui visait à exposer les participants aux arbres indigènes avec Vanessa Nhan. Les membres du groupe se sont levés tôt pour faire une randonnée guidée d’observation des oiseaux sur le sentier du lac Chit avec Aranya Iyer.

Vanessa Nhan, animatrice de l’atelier, enseigne l’identification des arbres aux élèves. Photo : Samantha Stephens

Les participants ont acquis des compétences pratiques avec Kevin Kemmish et James Pinto, deux membres du personnel de la station de recherche faunique du parc Algonquin, qui ont animé une session sur l’orientation et sur l’entretien mécanique des véhicules en milieu sauvage. Tout au long de la semaine, il était étonnant de voir les étudiants utiliser immédiatement les astuces transmises par Viviana Astudillo-Clavijo, Ph. D., pendant son atelier sur la prise de notes et la réalisation de croquis à des fins scientifiques sur le terrain. La séance sur la communication scientifique avec Samantha Stephens a non seulement renforcé les mêmes principes, mais a également offert la possibilité aux étudiants de soumettre leurs oeuvres à différentes organisations contre rémunération.

L’animateur Aranya Iyer montre des fauvettes lors d’une randonnée guidée. Photo : Samantha Stephens

Ce fut une expérience inestimable pour les participants de constater l’importance des travaux de surveillance à long terme menés autour de la station de recherche. Patrick Moldowan les a accompagnés lors d’un relevé d’amphibiens au lac Bat, et Rebekah Persad, notre instructrice spécialisée dans les mammifères (affectueusement appelée «s’mammal»), a installé des pièges, ce qui a permis d’attraper un grand polatouche (Glaucomys sabrinus)! Les étudiants ont poursuivi leur exploration du monde des mammifères à l’occasion d’un appel de loups avec des naturalistes de Parcs Ontario. De plus, des membres du personnel de Parcs Ontario ont animé notre voyage de camping au terrain Whitefish, dirigé par Demiesha Dennis, directrice de Brown Girl Outdoor World (site en anglais). Pendant la séance-bilan, les participants ont même mentionné que cette expérience leur avait donné confiance pour camper dans des environnements différents – y compris dans d’autres pays!

Participants aux ateliers de travail sur le terrain du FREED 2022 Photo : Rebekah Persad

Dans leurs rétroactions immédiates, les étudiants ont souligné la manière dont FREED les a aidés à acquérir des compétences quant au travail de terrain, leur a donné le sentiment d’être connectés à la nature et les a encouragés à suivre d’autres cours et à travailler dans le domaine de l’écologie et de la biologie évolutive. Ils ont surtout souligné les liens qu’ils ont pu établir avec d’autres étudiants et des mentors qui partageaient leur passion. Nous avons été touchés par le commentaire d’un participant qui a exprimé combien il est facile d’être authentique et engagé dans les conditions que FREED contribue à créer. Nous sommes impatients de répéter l’aventure l’an prochain!

Vous aimeriez vous joindre à nous comme instructrice ou instructeur, leader ou participant l’an prochain? Inscrivez-vous ici pour recevoir nos notifications par courriel (en anglais).

 

Chefs d’atelier pour les ateliers de travail sur le terrain FREED 2022 Photo : Dan
Copy link
Powered by Social Snap