Sélectionner une page

Par Audrey Steren Lenoir

Le Harfang des neiges était peint sur des parois de grottes préhistoriques. Il serait considéré comme l’une des plus anciennes espèces d’oiseaux représentées dans l’art rupestre de la préhistoire.

L’espèce est désignée vulnérable par l’Union internationale pour la conservation de la nature. Elle est facile à identifier par son plumage, tout blanc chez les mâles adultes et blanc rayé de brun chez les femelles, qui sont plus grosses que les mâles.

Le Harfang des neiges niche dans la toundra arctique. En dehors de la période de reproduction, il fréquente différents milieux naturels, tels que marais, cours d’eau, côtes, terres agricoles et pâturages, où les proies abondent et sont faciles à capturer. Le régime alimentaire de l’espèce se compose de lemmings, de lapins, de charogne et même d’oiseaux de rivage et aquatiques. La recherche de nourriture est fonction du degré de satiété, des conditions météorologiques, de la saison et, durant la période de nidification, des besoins nutritionnels des femelles et des jeunes. Pour chasser, les harfangs se postent sur des monticules, des rochers, des collines et même des poteaux de téléphone.

Le Harfang des neiges peut marcher, grimper, voler et même nager, mais alors seulement lorsque nécessaire, par exemple en cas de blessure. Des recherches récentes ont révélé qu’il est actif en toute période de la journée et pas seulement le jour comme on le croyait précédemment.

Harfang des neiges Photo: David M. Bell
Copy link
Powered by Social Snap