Sélectionner une page

Par Ian Cook, gestionnaire – Conservation des prairies, Oiseaux Canada

Stan Shaddick écoutait les sons familiers d’une chaude nuit d’été au Manitoba – des Rainettes faux-grillons boréales qui coassent, des Bruants de Nelson et des plaines qui chantent et, occasionnellement, un Tétras à queue fine qui vocalise – lorsqu’il a entendu quelque chose d’inhabituel. Il n’en croyait pas ses oreilles. Tout de suite, il a rembobiné.

Vous vous demandez peut-être pourquoi Stan était si désarçonné. C’est qu’il n’était pas dans le pâturage juste avant 1 h du matin par une nuit de juin 2021. C’était en décembre 2021 et il écoutait les sons captés par un enregistreur autonome pour son travail à Oiseaux Canada. En effet, l’appareil avait été utilisé pendant l’été 2021 dans le cadre du Programme de surveillances des oiseaux de prairies d’Oiseaux Canada.

Le son mystérieux qu’entendait Stan était la voix d’un Engoulevent de Nuttall, le plus petit de son genre en Amérique du Nord (les engoulevents sont des oiseaux essentiellement nocturnes qui se nourrissent d’insectes). Or, l’Engoulevent de Nuttall se trouve généralement dans les milieux arides et arbustifs et non pas dans les prairies luxuriantes du Manitoba. Son aire de répartition est habituellement limitée aux régions sèches de l’ouest des États-Unis, au Dakota du Nord et à de petites bandes de terres du sud-ouest de la Saskatchewan et du sud-est de l’Alberta (Cliquez ici pour voir une carte de répartition). Qui plus est, il existait seulement trois mentions non confirmées de l’espèce provenant du Manitoba, deux datant des années 1930 et une autre de 1999.

Illustration d’un Engoulevent de Nuttall par Jenny Bien-Aimé

Des membres du personnel d’Oiseaux Canada – Janine McManus, biologiste spécialisée dans les prairies, et Kiel Drake, Ph. D., directeur des programmes dans les Prairies, entre autres – ont également écouté l’enregistrement. Ils ont confirmé qu’il s’agissait bien du cri d’un Engoulevent de Nuttall présent au Manitoba! Or nous n’avons même pas eu le temps de nous remettre de notre excitation avant qu’un autre Engoulevent de Nuttall se manifeste sur un autre enregistrement, réalisé cette fois dans un pâturage situé à environ 100 km au sud-ouest du lieu de la détection initiale.

Comme une grande partie de l’ouest de l’Amérique du Nord, le Manitoba a connu une sécheresse généralisée en 2021. Les conditions plus sèches que la normale peuvent avoir rendu les pâturages plus favorables à cette espèce des paysages arides et semi-arides, et pourraient expliquer en partie sa présence. Il est également possible que l’Engoulevent de Nuttall soit présent au Manitoba plus souvent que nous le croyons, mais en raison de son comportement nocturne et de sa tendance à rester hors de vue, il pourrait passer inaperçu pour la plupart des ornithologues amateurs et des participants aux relevés d’oiseaux. Parce que nos enregistreurs ont été programmés pour fonctionner pendant les périodes crépusculaires (à l’aube et au crépuscule) et nocturne – pendant lesquelles les engoulevents et certains autres oiseaux sont plus actifs – ils étaient aux aguets à des moments de la journée que la plupart des relevés ne couvrent pas. Cette combinaison de conditions sèches et de relevés nocturnes peut contribuer à expliquer les deux mentions de cet oiseau unique.

L’Engoulevent de Nuttall que Stan Shaddick a entendu a été enregistré dans un pâturage d’Hodgins Farm. Lisa et Cameron Hodgins sont des agriculteurs de troisième génération qui vivent sur leur ferme d’élevage basée sur le pâturage au nord d’Oak Lake, au Manitoba. Le couple, qui pratique l’agriculture régénératrice, était impatient de participer aux relevés d’oiseaux et emballé d’entendre parler de cette découverte de Stan : «C’est vraiment passionnant de connaître les résultats des relevés menés par Oiseaux Canada, et surtout d’apprendre que cet oiseau rare a visité notre ferme! Nous avons hâte d’en apprendre davantage sur la façon dont notre ferme contribue à la biodiversité et sur ce que nous pouvons faire pour accueillir les oiseaux et les autres animaux sauvages

Enregistreur autonome, protégé par une enveloppe métallique, dans un pâturage Photo : Ian Cook

«Nous avons hâte d’en apprendre davantage sur la façon dont notre ferme contribue à la biodiversité et sur ce que nous pouvons faire pour accueillir les oiseaux et les autres animaux sauvages

Lisa et Cameron Hodgins,
Agriculteurs de troisième génération sur Hodgins Farm

La vaste majorité des prairies restantes au Canada appartiennent à des éleveurs de bétail des Prairies comme les Hodgins. Ces exploitants se trouvent à être les gardiens d’un des écosystèmes les plus menacés de la planète, les prairies, et des acteurs essentiels dans la survie des oiseaux qui habitent ces écosystèmes.

Grâce au soutien d’Environnement et Changement climatique Canada, de la fondation Habitat Conservation Trust et de la Saskatchewan Stock Growers Foundation et à l’appui de généreux sympathisants comme vous, nous avons réalisé des relevés couvrant plus de 50 000 hectares de prairies en Saskatchewan et au Manitoba en 2021. Les travaux que mène Oiseaux Canada dans les Prairies canadiennes nous aident à mieux connaître et à préserver les oiseaux de ces milieux et à mieux cerner comment nous pouvons appuyer les éleveurs qui soutiennent la biodiversité.

Nous effectuerons d’autres relevés d’oiseaux de prairies en 2022. Demeurez aux aguets pour connaître les résultats – et savoir si nous trouverons d’autres Engoulevents de Nuttall au Manitoba! Vous pouvez également contribuer à enrichir nos connaissances sur cet oiseau et d’autres espèces d’engoulevents fascinantes en participant à l’Inventaire canadien des engoulevents.

Un pâturage d’Hodgins Farm Photo : Ian Cook
Copy link
Powered by Social Snap